Collectif Géronimo – Saint-Nazaire

Article datant du 10 Janvier 2020

Depuis Novembre 2019, Le Collectif Geronimo s’organise pour mener à bien une mission d’hébergement pour des personnes sans domicile ou en situation d’urgence auxquelles les organismes d’action sociale n’ont pu apporter de solutions satisfaisantes.

Suite à la décision judiciaire du 16.12.2020 d’expulsion sous 48 h de la rue Littré où nous étions depuis septembre, nous avons choisi de faire appel aux associations de Saint-Nazaire qui on interpellé la préfecture. Ainsi, cette dernière a mandaté l’association ANEF FERRER pour nous proposer des solutions d’hébergement.

Nous tenons à faire savoir la vérité sur ces solutions d’hébergement, l’association et la mairie communiquant en présentant les habitant.e.s comme les ayant refusé catégoriquement :

• 3 personnes ont été logées à l’hôtel de l’Europe à Saint-Nazaire. Elles n’ont pas d’animaux.

• 1 personne a été hébergée au foyer Blanchy. Elle n’y est pas restée car elle ne pouvait dormir à cause du bruit et ne se sentait pas en sécurité.

• à 6 personnes avec des animaux a été proposé l’hébergement dans un gymnase ouvert à Nantes. Elles ont refusé car les conditions n’y sont pas humainement acceptables : entassement des personnes dans un lieu clos en période de pandémie, risque d’agression, animaux enfermés dans des enclos, éloignement de leurs lieux de vie…

• 3 personnes sans animaux n’ont toujours pas reçu de proposition.

Le jour même de l’expulsion de la rue Littré, le 7 janvier, dans l’après-midi, un premier campement d’urgence a été monté à Herbins le long du chemin de fer. Il a été expulsé à 17h. L’autorité de police a alors contacté les services du SIAO pour demander des hébergements d’urgence, qui ont répondu ne pas avoir de solution.

Un second campement a donc été monté dans la nuit sur le parking du parc paysager. La nuit s’est passée dans des conditions inhumaines avec des températures de – 4°C. Heureusement le collectif Geronimo a bénéficié de preuves de solidarité, des associations ont apporté des tentes et des couvertures, des personnes, du café chaud et du réconfort… Merci à elles et eux.

Vendredi 8 Janvier à 17h, les forces de l’ordre sont à nouveau intervenues. Face à la menace de la force, le collectif s’est vu obligé de démonter le campement. Il ne gênait personne et avait bénéficié du soutien des riverain.e.s. La mairie de Saint-Nazaire et la préfecture de Loire-Atlantique ont lancé une chasse à l’humain en ordonnant des expulsions systématiques de campement de survie en période de grand froid.

La situation est grave. Les personnes du collectif sont exposées au froid et à des risques mortels. Au-delà du collectif Geronimo, c’est toutes les personnes qui vivent dans la rue, dans un garage, dans leurs voitures qui sont en danger et dont nous sommes solidaires.

Nous remercions tout acte de soutien et de solidarité.

https://www.facebook.com/CollectifGeronimo

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *