Avancées et reculs de l’IVG dans le monde

Photo : www.revolutionpermanente.fr

C’est une avancée historique qui a eu lieu en Argentine le 30 décembre dernier. Au terme d’une lutte de plus de quinze ans, le Sénat a voté la loi sur l’avortement « légal, sûr et gratuit »,qu’il avait rejetée en 2018. Cette avancée a été possible grâce à une mobilisation sans précédent des militant.e.s sur le terrain. L’Argentine devient donc le cinquième pays d’Amérique Latine à légaliser l’avortement, après Cuba, l’Uruguay, le Guyana et la province de Mexico. Malgré tout, des concessions ont été nécessaires, en particulier l’inscription de la clause de conscience pour les médecins.

Dans le même temps, la lutte continue en Pologne. En jeu, la décision du 22 octobre dernier qui supprimait la possibilité d’avorter dans le cas de malformation grave du fœtus. Le gouvernement a suspendu cette décision le 3 novembre, mais sans garantie de suppression définitive. Mi-décembre, une nouvelle manifestation anti-gouvernementale a réuni quelques milliers de personnes, dénonçant l’influence de l’église catholique au sein de l’état. Elle s’inscrit dans la rupture de plus en plus forte entre les institutions catholiques et les polonais.es qui en dénoncent l’archaïsme.

Enfin, en France, la proposition de loi sur l’allongement du délai légal d’IVG de 12 à 14 semaines a été adoptée par l’Assemblée en première lecture et par le CCNE, et sera discutée au Sénat en janvier. Son importance est claire : avec la diminution du nombre de praticien.ne.s et l’augmentation des déserts médicaux, on estime le nombre de femmes devant aller à l’étranger entre 3000 et 4000 par an. Le combat continue !

Sarah

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *