L’Estuaire de la Loire qui se défend

La Base n°8 – Octobre 2020

Les militantEs de plusieurs collectifs, associations et organisations se sont regroupés afin d’élargir les mobilisations unitaires pour la défense des zones naturelles du Carnet et du Village du peuple à Donges. Déclaration de création du collectif “l’Estuaire de la Loire qui se défend – Saint-Nazaire”.

“L’estuaire de la Loire, naguère habitat d’une biodiversité foisonnante qui nourrissait ses habitant.e.s, est devenu au fil des siècles d’aménagement, un nœud d’échanges commerciaux majeur adossé à un important tissu industriel. De nombreux sites industriels menacent les populations de pollutions lentes ou d’accidents graves, malgré une réglementation qui tente de les limiter et dont l’application rigoureuse est remise en cause.

Les espaces sauvages et terres agricoles ont été largement ravagés au nom d’une vision du “développement” et du “progrès” aveugle aux enjeux écologiques. Face au réchauffement climatique, à l’effondrement de la biodiversité et aux crises sociales, il est urgent – et possible – d’inventer un autre modèle économique et social pour habiter ce territoire.

Pourtant, les autorités politiques et économiques (le Grand Port, les collectivités locales, la CCI, …) continuent le bétonnage de terres pour y installer des zones industrielles.

On envisage certes des énergies renouvelables mais sans envisager les reconversions nécessaires de l’existant.
La situation est trop grave : les mirages de la “croissance verte”, des “nouvelles technologies vertes” (gourmandes en ressources rares) ne peuvent plus servir d’alibi à ces bétonnages, juteux pour certains, calamiteux pour le vivant…
Le chantage à l’emploi non plus ne peut être un argument : d’autres pistes existent pour garantir à tou.te.s de pouvoir vivre de leur travail.
Nous voulons nous approprier une connaissance qui nous a été enlevée: celle des enjeux industriels et des écosystèmes de ce territoire, des choix faits et à faire pour son aménagement, des alternatives possibles. Et nous voulons contribuer, par un travail d’éducation populaire, à rendre à la population la possibilité de choisir dans quel estuaire elle veut vivre.

Mais dans l’urgence :

Contre la bétonisation des terres, notre première tâche est de soutenir les luttes du Carnet et du Village du Peuple à Donges.
Contre les projets d’implantation de nouvelles zones industrielles, nous appelons à soutenir matériellement et politiquement les occupations, à passer rencontrer leurs habitant.e.s, à se tenir prêt.e à se mobiliser en cas d’expulsion, et à participer aux différentes actions imaginées pour les soutenir.

Nous appelons à la mobilisation pour la journée du 26 septembre, pour le climat et la biodiversité (journée mondiale de mobilisation) et contre les dangers industriels (en lien avec la plate forme “notre maison brûle” (http://www.notremaisonbrule.net).

Nous appelons à participer au week-end des 3 et 4 octobre en soutien au Village du Peuple (dont l’expulsion est probable après le 06/10), notamment à la manifestation qui sera organisée à Donges le samedi à 14 h.


Nous nous projetons dès maintenant sur la journée du 17 novembre, “contre la réintoxication du monde” qui fera suite à celle du 17 juin.

Au delà, nous voulons soutenir et contribuer à développer toutes les mobilisations pour peser sur le destin de ce territoire, avec le souci de convergence et d’unité, au delà des différences. L’histoire nous montre que la diversité des formes d’engagements et les nuances de positionnements politiques peuvent être une force, si nous arrivons à les articuler de manière intelligente.

La liste des association et organisation soutenant le collectif est en cours de validation. Contact : defenseestuaire-stnaz@riseup.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *