Le Village du Peuple

La Base n°8 – Octobre 2020

Le Village du Peuple à Donges en lutte contre le « En même temps », la stratégie macronienne de destruction par la Carène et le Grand Port Maritime.


En ce lundi 5 octobre 2020, nous sommes à la veille de l’expulsion des habitants de ce « village », logé à la Petite Lande près des 6 Croix à Donges. Demain un huissier viendra constater la présence de plus de 40 personnes venues défendre le lieu à l’instar de la zad du Carnet, « de l’autre côté de l’eau », de la Loire.

Des barricades y ont été érigées. Et en lisant ces lignes, l’on peut, doit espérer que les habitant.e.s auront réussi à tenir le lieu contre les forces de l’Ordre. Le village du peuple de Donges représente une promesse de liberté par l’autonomie économique et écologique, une alternative au productivisme industriel.

Et il est un lieu d’accueil pour toutes et tous, un lieu de solidarité sociale. La Carène veut développer la raffinerie, créer une nouvelle zone industrielle qui détruira des champs agricoles, dépossédera des paysans.

Le Carnet et le Village du peuple : 2 luttes à mener et gagner.


Fin août, au Carnet, les pelleteuses ont commencé le défrichement brutal d’une partie de la rive pour mieux préparer le début des travaux. Quelques jours après, en début septembre, c’est à Donges que les premières destructions ont débuté avec le terrassement de terres promises… à la pollution et au grand Capital.

La carène et le Grand Port sont une sorte de « l’un dans l’autre », comme le diable est bras à bras avec l’écocidaire. Leurs intérêts sont identiques, leurs projets intimement liés. Ils s’inscrivent dans la même logique industrielle, de croissance, sous des prétextes « écologiques » telles que les énergies renouvelables ou les innovations technologiques.

Rappelez-vous les mensonges grossiers de Vinci et AGO pour justifier un aéroport à Notre-Dame-des-Landes… Si ces travaux débutent presque simultanément, ce n’est pas un hasard. « Diviser pour mieux régner… détruire vite en même temps » sur deux lieux voisins mais séparés par un fleuve qui nous est cher. Qui est le cœur de nos deux luttes jusqu’à la vasière de Méan où le Brivet épouse la Loire.

« En même temps » pour réduire nos rangs, susciter un crève cœur : le Carnet ou Donges ?
Nous n’avons pas de choix à faire car perdre une lutte sera perdre l’autre. Se rassembler et agir sur les 2 lieux de lutte, alternativement et en même temps : nous sommes l’Estuaire qui se défend.

https://levillagedupeuple.noblogs.org/ ou sur facebook

Régis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *