Concarneau : mobilisation contre le Scrombus

La Base n°8 – Octobre 2020


Le 25 septembre avait lieu, à Concarneau, le baptême du Scrombus, racleur des mers et destructeur d’emplois, chalutier-usine géant de nouvelle génération de 81m de long et 17 de large.
Avec un équipage de seulement 26 hommes il peut ramener 80 tonnes de poissons en une seule prise dans ses filets et de les congeler instantanément. Il est le symbole d’une pêche industrielle, écologiquement et socialement destructrice.
Loin du conte de fée de « l’attachement » de l’armateur Geoffroy Dhellemmes à sa ville d’origine, l’immatriculation du Scrombus à Concarneau n’a d’autre but que d’accaparer les quotas de pêche européens attribué à chaque port, au détriment de la pêche artisanale dont l’avenir s’obscurcit encore avec la perspective d’un Brexit dur. Construit dans des chantiers norvégiens, le Scrombus n’aura fait qu’un passage d’une semaine à Concarneau où il ne reviendra sans doute jamais.
Dédié à la pêche d’espèces pélagiques (harengs, chinchard, maquereau…) il est la propriété de l’armement France-Pelagique, une filiale du groupe néerlandais Cornelis Vrolijk qui emploie 2.000 salariéEs dans le monde. Il déversera ses cargaisons estimées à 2.000
tonnes par marée dans les ports des Pays Bas, d’où elles seront réexpédiées pour alimenter le marché du poisson à bas coût en Afrique, en Asie et en Europe de l’Est.
Sans doute pour montrer le soutien du gouvernement à la « modernité » de la pêche industrielle contre les “Amish” attardés de la pêche artisanale, deux ministres (agriculture et pêche) devaient assister à la cérémonie… avant d’annuler face à la tournure des
événements.

MobiliséEs malgré l’interdiction

L’émotion et la colère se sont exprimées en Bretagne et bien au-delà, mobilisant à la fois les pêcheurs et les défenseurs de l’environnement. Des “funérailles de la pêche artisanale” étaient annoncées par les associations “pleine mer” et “petite pêche”, soutenues par des ONG comme Bloom, Attac Concarneau, et des forces politiques de gauche, EELV, France Insoumise, GénérationS,
ainsi que du NPA 29.
Comme cela devient la règle en Macronie, le préfet du Finistère avait décidé d’interdire la manifestation… ce qui n’a pas empêché 200 manifestantEs de se réunir face au navire protégé par la police et de gâcher une cérémonie offcielle en faisant entendre haut et fort
l’exigence d’une pêche écologiquement et socialement responsable.

Robert, NPA 29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *